Libre-pensée, laïcité & franc-maçonnerie à Binche

Patrick LEROY |  Essai historique | 2021

Souscription

Cette souscription vous permet de préacheter le livre Libre-pensée, laïcité et franc-maçonnerie à Binche au prix réduit de 20 € (au lieu de 25 € - prix estimé). L'argent ainsi récolté nous permettra d'imprimer l'ouvrage.

Nous vous informerons dès que l'ouvrage sera imprimé. Il sera alors possible de l'enlever à la librairie La Commanderie à Liège ou chez ­Cubitus-BD à Binche. Nous pouvons vous l'envoyer (attention frais postaux supplémentaires).

La souscription prendra fin le 30 novembre 2021.

L'ouvrage

Pourquoi éditer à Liège un ouvrage historique abordant la franc-maçonnerie à Binche ? Ne dit-on pas de la franc-maçonnerie qu'elle est universelle ? Patrick ­Leroy et tous les contributeurs ont réalisé un travail remarquable, fouillé, documenté et illustré.

L'initiative émane des Frères de La Flûte Enchantée afin de fêter le trentième anniversaire de la loge. Histoire de marquer le coup ! Le projet prend de l'ampleur. Il aborde non seulement l'histoire de ce premier atelier binchois, mais également celle de la franc-maçonnerie en général, de la libre-pensée et de la laïcité. Binche à la pointe du compas, son histoire englobe immanquablement celle de ses voisines : Charleroi, Mons, Morlanwelz, La Louvière...

Le livre s'adresse à un public d'initiés ou non. Binchois ou pas. Il y est juste question d'hommes et de femmes qui, un jour, ont fait l'histoire.

L'auteur et les contributeur

Extrait

Ils ne sont pas tous ni francs-maçons ni historiens, mais tous sont des amoureux de la franc-maçonnerie et de l'histoire. Et tous ont contribué en respectant scrupuleusement une rigueur scientifique.

Patrick Leroy, chef d'orchestre de l'œuvre, vit à Binche depuis 25 ans. Il a le coup de foudre pour cette ville. Il est passionné par son histoire. Il cherche, il fouille, il trouve, il partage, il raconte.

Retraité du ministère de la Défense, son emploi du temps est pourtant bien chargé. Entre sa vie de famille, les tenues de sa loge La Flûte Enchantée, la Maison de la laïcité de Binche-Région et la Croix-Rouge, il trouve malgré tout du temps à consacrer à sa passion.

Libre-pensée, laïcité et franc-maçonnerie à Binche est une première en tant qu'auteur. Et il est fort à parier qu'il n'en restera pas là.

Entre 1830 et 1840 des révolutionnaires français opposés à la monarchie de juillet se réfugient dans la jeune Belgique et notamment à Binche. Parmi ces réfugiés : Jacques Imbert, Charles Delescluze et Adolphe Souillard. Adolphe Souillard, dit Chiret (1807 - 1840) prend part aux journées insurrectionnelles de 1832 et 1834 à Paris. Il est condamné par la Cour des Pairs à 10 ans de détention et écroué à Saint-Pélagie mais parvient à s'évader en juillet 1835. Il se réfugie en Angleterre, puis en Belgique en 1840 où Charles Delescluze, réfugié français comme lui et fondateur du Journal de Charleroi, le recueille ainsi que sa jeune femme. Il lui offre du travail. Il n'est cependant pas autorisé à séjourner à Charleroi et trouve alors refuge chez Jacques Imbert à Binche, un autre de ses amis politiques français. Adolphe Souillard, malade de la poitrine, décède malheureusement le 21 mai 1840, à l'âge de 33 ans, dans les bras de sa femme, au domicile de Jacques Imbert, rue de Mons, 567 à Binche, selon son acte de décès.

Le cortège funèbre quitte la maison mortuaire à 6 heures du soir, le 23 mai. Le cercueil est recouvert de deux drapeaux tricolores et les cordons du poêle sont tenus par quatre francs-maçons.

Jacques Imbert transforme les funérailles d'Adolphe Souillard en « manifestation à la fois républicaine, maçonnique et anticléricale », écrit Charles Dupont. Plus de 4000 personnes assistent aux obsèques à Binche. « Toute la jeunesse du pays tient à être présente dans le cortège, où les prêtres étaient remplacés par les francs-maçons, ce qui ne s'était pas encore vu dans la ville de Binche. »